TERROIRS BORDELAIS

Les étapes majeures du cycle de la vigne

La vigne est une plante, un être vivant qui doit être traité avec soin tout au long de l’année pour délivrer des fruits de qualité. On lui attribue deux cycles distinctifs. Le cycle hivernal, aussi appelé repos de la vigne ou dormance, durant lequel le vigneron pratique la taille, et le cycle végétatif, que Baron de Lestac vous fait découvrir ici.

Photo des pleurs

Les pleurs

À la fin du mois de février, la vigne se réveille doucement. Les températures remontent et les sols se réchauffent. La sève coule alors à nouveau et circule dans le cep. Mais, lorsqu’elle arrive à l’extrémité des sarments, elle forme des gouttes à l’endroit où la vigne a été taillée. Ce sont ces fameux pleurs qui indiquent au vigneron la reprise de l’activité.

Photo du débourrement

Le débourrement

De fin mars à mi-avril, les beaux jours arrivent et apportent avec eux les yeux ou bourgeons. Ils se distinguent par le surprenant aspect cotonneux de leur couche protectrice. Répartis le long des sarments, ils gonflent avant de se fendre. C’est cette action particulière que l’on appelle le débourrement. Ils expulsent la « bourre », ou la jeune pousse, qui deviendra plus tard un sarment à part entière si le producteur le décide. La vigne est vulnérable durant cette période, notamment aux gelées printanières.

Photo de la feuillaison

La feuillaison

À la fin du printemps, les feuilles se développent. Petit à petit, elles naissent, se déroulent et s’étalent. Elles constituent un outil crucial pour le développement de la plante dans son ensemble grâce à la photosynthèse, processus par lequel elle produit des composés organiques nécessaires. De véritables organes vitaux.

Photo de la floraison

La floraison

Sous l’influence bénéfique de l’ensoleillement et des températures plus chaleureuses, de petites fleurs blanches s’installent à l’ébauche de l’été. De premières inflorescences qui vont s’épanouir dans les deux semaines à suivre. Les grappes se dessinent tout de suite, chacune d’entre elles portant 100 à 200 fleurs. Le saviez-vous ? La plupart des variétés de vitis vinifera, l’origine de toutes nos vignes actuelles, sont hermaphrodites. Elles s’auto-pollinisent donc. Pendant cette phase, les aléas climatiques peuvent entraîner la coulure de la fleur. Elle se dessèche alors et ne pourra pas être fécondée.

Photo de la nouaison

La nouaison

Début juin, les fleurs fécondées laissent deviner les premiers frémissements de grains de raisin. Elles se fanent et tombent. Lorsque le fruit apparaît complètement, on dit qu’il est noué. Il est très ferme, de petite taille et d’une singulière couleur verte. La grappe est homogène à condition que la floraison et la fécondation se soient déroulées sans souci. Dans le cas contraire, les baies pourront être inégales à cause du millerandage.

Photo de la véraison

La véraison

Dès la mi-juillet, la vigne offre un spectacle à couper le souffle. Les fruits, jusqu’ici verts, commencent doucement à changer de couleur. Mais tous ne vont pas au même rythme dans une même grappe, ce qui donne de superbes tableaux dans le vignoble. La pulpe s’enrichit un peu en sucres mais reste très acide, et la phase de croissance laisse place à celle de la maturation.

Photo de la maturation

La maturation

Les baies gagnent en volume et en complexité d’août à début octobre. Les sucres ne sont plus uniquement utilisés pour la croissance et sont stockés, par conséquent l’acidité diminue. Lorsque le tout s’équilibre, le raisin est arrivé à maturité optimale, il est prêt à être récolté.

Photo des vendanges

Les vendanges

Elles se tiennent généralement de septembre à octobre. Cependant, la vigne étant soumise aux conditions climatiques, ces dates peuvent varier d’un millésime à l’autre. Elles peuvent être manuelles ou mécaniques, avec un tri sur pied ou au chai, l’essentiel étant de ne ramasser que les baies les plus qualitatives.

Découvrez nos vins

Retrouvez-nous sur instagram